x
LATEST ARTICLE The power of DGB Group’s high-quality carbon projects in Kenya Read Article

Entreprise verte : s'aligner sur la Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD)

Plongez dans notre guide complet sur la Corporate Sustainability Reporting Directive pour comprendre comment elle va remodeler les pratiques de développement durable des entreprises.


  • Partagez cet article:

Qu’est-ce que la CSRD ?

La CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive) fait partie intégrante de la stratégie de l'Union européenne visant à améliorer la transparence des mesures environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) au sein des opérations des entreprises. En révisant et en élargissant la précédente directive sur l'information non financière (NFRD), la CSRD oblige un plus large éventail d'entreprises à divulguer des informations sur la manière dont elles opèrent et gèrent les défis sociaux et environnementaux. La directive vise non seulement à standardiser les rapports pour faciliter les comparaisons, mais elle encourage également la responsabilisation et encourage des pratiques commerciales plus durables.

Bien que la CSRD cible principalement les grandes entreprises, ses effets d’entraînement ont un impact significatif sur les petites et moyennes entreprises (PME). À mesure que l’écosystème commercial évolue vers des normes de durabilité plus rigoureuses, les PME se retrouveront à la croisée des chemins : soit elles s’adaptent à ces attentes changeantes, soit elles risquent de prendre du retard. Un engagement précoce dans les rapports sur le développement durable permet aux PME d'acquérir un avantage concurrentiel et d'identifier les inefficacités opérationnelles et les opportunités d'amélioration, ce qui peut conduire à des économies de coûts et à une amélioration des performances opérationnelles.

Contactez-nous pour commencer

Aperçu des rapports de développement durable des entreprises

Les rapports sur le développement durable des entreprises sont passés de divulgations volontaires à une exigence structurée dans le cadre d'initiatives telles que CSRD. Ce rapport couvre diverses mesures de durabilité, telles que la consommation d'énergie, la gestion des déchets, les pratiques de travail et la gouvernance éthique. L’objectif est de fournir aux parties prenantes, notamment aux investisseurs, aux clients et aux organismes de réglementation, une vue complète des efforts et des risques d’une entreprise en matière de développement durable. Cette évolution reflète une reconnaissance croissante du fait que les impacts environnementaux et sociaux d'une entreprise sont des facteurs essentiels pour évaluer sa performance globale et sa viabilité future. À mesure que ces rapports deviennent plus détaillés et standardisés, ils deviennent également plus cruciaux dans la planification stratégique et la communication avec les parties prenantes.

Pour les PME, l’initiation de pratiques de développement durable offre des avantages stratégiques. En commençant par des étapes gérables, telles que la réalisation d'une analyse de l'empreinte carbone ou l'adoption de mesures simples de réduction des déchets, les PME peuvent progressivement renforcer leur capacité à se conformer à des exigences plus complètes à l'avenir. Cette approche proactive les prépare non seulement aux changements réglementaires potentiels, mais les positionne également comme des entreprises avant-gardistes et responsables aux yeux des clients et des partenaires commerciaux.

En savoir plus: The power of sustainability: Why investing in sustainability drives faster company growth

Les efforts de développement durable vont au-delà de la conformité ; ils contribuent de manière significative à la construction d’une marque réputée qui trouve un écho auprès des consommateurs et des investisseurs modernes qui accordent la priorité à la responsabilité environnementale. De plus, comme les grandes entreprises doivent s'assurer que leurs fournisseurs adhèrent à des normes de durabilité similaires, les PME qui ont déjà adopté ces pratiques sont plus susceptibles d'être favorisées dans le choix de la chaîne d'approvisionnement. Cela crée un avantage concurrentiel, permettant aux PME d’obtenir davantage d’opportunités commerciales et de forger des partenariats plus solides avec les grandes entreprises.

Importance de la durabilité dans le reporting d’entreprise

La durabilité dans les rapports d’entreprise reflète un mouvement mondial vers des pratiques opérationnelles plus durables. Alors que les gouvernements et les organismes internationaux renforcent les réglementations environnementales et que les préférences des consommateurs mondiaux pour les entreprises et les produits respectueux de l’environnement augmentent, les entreprises sont obligées de réévaluer leurs opérations pour répondre à ces nouvelles normes. Cette approche proactive en matière de durabilité est cruciale non seulement pour la conformité, mais aussi pour garantir la viabilité à long terme dans un marché de plus en plus soucieux de l'environnement. En s'alignant sur ces pratiques, les entreprises non seulement atténuent les risques, mais exploitent également les opportunités d'innovation et de croissance dans une économie verte.

Contexte historique et contexte législatif

De la NFRD à la CSRD

La transition de la directive sur l'information non financière (NFRD) à la directive sur l'information sur le développement durable des entreprises (CSRD) représente une évolution significative dans l'approche de l'UE en matière d'information sur le développement durable. La NFRD, créée pour renforcer la transparence et promouvoir la divulgation d'informations non financières, a jeté les bases en obligeant les grandes entreprises à rendre compte des questions sociales et environnementales. Cependant, la CSRD élargit cette base en élargissant le champ des entreprises concernées, en augmentant le détail et la rigueur des rapports et en normalisant les critères de reporting pour garantir la comparabilité et la cohérence dans l'ensemble de l'UE. Cette progression marque le passage de l’encouragement de la transparence à l’application de normes complètes en matière de reporting développement durable.



Qu’est-ce qui différencie la CSRD des directives précédentes ?

La CSRD introduit plusieurs améliorations clés qui le différencient de la NFRD. Premièrement, il inclut un plus large éventail d’entreprises, y compris des PME cotées (à partir du 1er janvier 2026), renforçant ainsi les obligations de transparence sur un spectre plus large de l’économie. Deuxièmement, elle impose la divulgation d'informations plus détaillées sur la durabilité, notamment en ce qui concerne la manière dont les entreprises affectent et sont affectées par les questions environnementales et sociales. Cela inclut l’obligation de rendre compte des trois périmètres d’émissions, ce qui n’était pas explicitement couvert par la NFRD. Enfin, la CSRD vise l’alignement sur les normes mondiales de reporting, ce qui facilite l’intégration des entreprises européennes dans un cadre mondial de pratiques de développement durable.

Ce que fait l'UE et pourquoi

L'approche proactive de l'Union européenne pour faire progresser la CSRD reflète un engagement stratégique à favoriser un environnement économique durable qui puisse rivaliser à l'échelle mondiale. En mettant en œuvre des normes complètes en matière de reporting développement durable, l’UE vise à garantir que les entreprises prennent en compte leurs impacts environnementaux et sociaux et gèrent plus efficacement les risques associés. Cela contribue non seulement à aligner les entreprises européennes sur les attentes internationales, mais également à les inciter à adopter des pratiques plus durables, qui deviennent de plus en plus un déterminant de la compétitivité sur les marchés mondiaux.

Transposition par les États membres de l’UE

La transposition de la CSRD dans les lois nationales est actuellement en cours dans toute l’UE. En mars 2024, plusieurs États membres de l'UE ont réalisé des progrès significatifs : cinq ont pleinement adopté une législation, dix ont proposé une législation et sept sont en phase de consultation. Cet état de préparation diversifié reflète la nature complexe de l’intégration d’exigences de déclaration aussi étendues dans différents cadres juridiques nationaux. Le suivi de transposition CSRD à l'échelle de l'UE réalisé par Ropes & Gray fournit des mises à jour continues sur ces développements, indiquant un engagement fort mais varié à mettre en œuvre ces directives dans tous les États membres.

En savoir plus: Germany streamlines corporate sustainability rules: CSRD implementation welcomed

Intégrez les arbres dans votre entreprise

Nous pouvons aider votre entreprise à devenir plus durable en intégrant des arbres dans votre entreprise.

Principales caractéristiques de la CSRD

Le CSRD introduit des changements significatifs dans la manière dont les entreprises abordent le reporting développement durable. Depuis janvier 2023, ces nouvelles réglementations ont amorcé une transformation du reporting d’entreprise, intégrant la durabilité comme élément central. Pour les grandes entreprises de l'UE, la date limite pour s'aligner sur ces réglementations commence en 2025, et pour les PME, l'alignement est attendu d'ici 2027. La CSRD exige que le reporting développement durable soit intégré à l'information financière, offrant une vue unifiée qui met en évidence les interconnexions entre les activités d'une entreprise. la performance économique et son impact environnemental et social. Cette approche vise à améliorer la transparence et la responsabilité globales des entreprises, en permettant aux parties prenantes d'évaluer plus facilement les efforts et les risques d'une entreprise en matière de développement durable.

En savoir plus: Qu’est-ce que la CSRD et comment affecte-t-il votre entreprise ?

Dans le cadre du CSRD, le champ d’application du reporting a été considérablement élargi et approfondi. Les entreprises sont désormais tenues de rendre compte d'une série d'indicateurs ESG, structurés en quatre sections principales dans leurs rapports de gestion : Général, Environnemental, Social et Gouvernance. Ce cadre détaillé est défini par les normes européennes de reporting sur le développement durable (ESRS), qui fournissent des orientations spécifiques sur la manière de structurer efficacement les rapports. L’ESRS exige que les entreprises fournissent des données sur plus de 1 200 indicateurs, couvrant tout, depuis les émissions directes et indirectes jusqu’aux impacts sociaux et communautaires plus larges. Cette approche exhaustive garantit que les entreprises divulguent toutes les informations pertinentes susceptibles d'affecter leur profil de durabilité ou d'influencer les décisions des parties prenantes.

Impacts et considérations spécifiques au secteur

La CSRD reconnaît également les différents impacts et considérations dans différents secteurs en exigeant des informations spécifiques au secteur, qui doivent être entièrement mises en œuvre d'ici 2026. Cette approche sur mesure permet aux rapports d'aborder les défis et opportunités environnementaux et sociaux uniques qui sont spécifiques à chaque secteur. Par exemple, le secteur manufacturier peut se concentrer fortement sur la gestion des déchets et l’efficacité des ressources, tandis que le secteur financier peut mettre l’accent sur une gouvernance transparente et les impacts sociaux des activités d’investissement. La prochain ESRS spécifique au secteur guidera les entreprises sur la manière d'inclure ces détails nuancés, garantissant que tous les aspects pertinents de leurs opérations sont évalués et rapportés.

En savoir plus: Industry carbon footprints: transport, events, and celebrities

Cette structure globale favorise non seulement un environnement d'entreprise plus responsable, mais donne également aux entreprises la clarté nécessaire pour naviguer dans les complexités du reporting développement durable. En normalisant ces pratiques de reporting, le CSRD vise à instaurer une uniformité permettant la comparabilité entre les entreprises et les secteurs, améliorant ainsi considérablement l'intégrité et l'utilité des rapports de développement durable. Cela aide à son tour les parties prenantes, notamment les investisseurs, les régulateurs et le public, à prendre des décisions plus éclairées, basées sur des données solides et fiables.

Qui doit se conformer ?

La CSRD est-elle obligatoire ?

Oui, la CSRD est obligatoire pour un large éventail d’entreprises au sein de l’Union européenne et pour certaines entités non européennes ayant des activités importantes au sein de l’UE. La directive s'appuie sur et étend les exigences précédentes de la NFRD, visant à normaliser et à approfondir les rapports sur les questions de durabilité dans divers secteurs. Bien que la CSRD ne s’applique pas aux PME non cotées, la Commission européenne a proposé d’élaborer des normes distinctes que les PME non cotées pourraient utiliser volontairement. La conformité pour les entreprises sélectionnées n’est pas facultative, et le non-respect de la CSRD pourrait entraîner des répercussions juridiques et financières, reflétant l’engagement ferme de l’UE à appliquer des pratiques de développement durable sur l’ensemble de son marché.

Téléchargez notre brochure sur la CSRD

Critères pour les entreprises tenues de s'y conformer

La CSRD marque une expansion significative du champ d’application des entreprises tenues de s’engager dans des rapports détaillés sur le développement durable. Dans un premier temps, la directive étend ces exigences au-delà des entreprises précédemment couvertes par la NFRD. Environ 50 000 entreprises dans toute l’UE, contre 11 700 dans le cadre de la NFRD, sont désormais tenues de déclarer dans le cadre de la CSRD. Ceci comprend:

  • les grandes entreprises de l'UE, qu'elles soient cotées en bourse ou non, et qui comprennent des filiales européennes et non européennes, qui répondent à deux des trois critères suivants :
    1. 250 salariés
    2. chiffre d'affaires net de 40 millions d'euros
    3. bilan total de 20 millions d'euros
  • PME de l’UE cotées, à l’exception des micro-entreprises qui ne répondent pas à au moins deux des trois critères suivants :
    1. 10 employés
    2. CA net de 900 000 €
    3. bilan total 450 000 €
  • certaines sociétés non européennes qui opèrent sur le marché de l'UE générant un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros ou plus au sein de l'UE et qui possèdent au moins l'un des éléments suivants :
    1. une grande entreprise basée dans l’UE
    2. une filiale dont les titres sont cotés dans l'UE
    3. une succursale avec 40 millions d'euros de chiffre d'affaires net

Entreprises non européennes et impacts extraterritoriaux

La CSRD tient également compte de la nature mondiale des entreprises modernes en incluant d’importantes sociétés non européennes dans ses exigences en matière de reporting. Ces entreprises doivent commencer à rendre compte de leurs opérations liées à l’UE d’ici 2029, concernant leur exercice 2028. Cette mesure garantit que les entreprises non européennes ayant des activités significatives dans l’UE adhèrent aux mêmes normes de transparence que les entreprises basées dans l’UE, créant ainsi des conditions de concurrence équitables et favorisant un environnement commercial durable à l’échelle mondiale. L’inclusion de ces entreprises souligne la stratégie plus large de l’UE visant à promouvoir le développement durable dans le monde entier et à influencer le comportement des entreprises à l’échelle mondiale.

Implications pour les PME

Bien que la CSRD se concentre principalement sur les grandes entreprises, les PME ne sont pas exemptées de son impact. Les PME cotées devront commencer à se mettre en conformité d’ici 2027, avec un report facultatif de deux ans. Ce délai retardé pour les PME vise à leur donner suffisamment de temps pour préparer et aligner leurs pratiques de reporting sur les nouvelles normes. Il est important que les PME commencent à se préparer le plus tôt possible, car une adoption précoce peut faciliter des transitions plus fluides et offrir des avantages concurrentiels sur des marchés de plus en plus axés sur le développement durable.

L'approche globale de la CSRD, y compris sa portée extraterritoriale et ses délais de mise en conformité échelonnés, reflète l'engagement de l'UE à renforcer la durabilité à toutes les échelles des opérations commerciales.



Quand les entreprises doivent-elles s’y conformer ?

Les dates de mise en conformité sont échelonnées, commençant en 2025 pour les entreprises auparavant soumises à la NFRD, suivies par les PME et les entreprises étrangères les années suivantes. Le calendrier de mise en œuvre de la CSRD est structuré pour donner aux entreprises le temps de s’adapter :

  • 2025 : Les entreprises auparavant soumises au NFRD doivent se conformer au CSRD pour le reporting de l'exercice 2024.
  • 2026 : D’autres grandes entreprises non couvertes auparavant commenceront à déclarer sous CSRD pour leur exercice 2025.
  • 2027 : Les PME cotées commencent à déclarer pour l’exercice 2026, avec un report facultatif de deux ans.
  • 2029 : les entreprises non européennes exerçant d’importantes activités dans l’UE commencent à publier leurs rapports pour l’exercice 2028.



Exigences de conformité

Que devra divulguer votre entreprise pour répondre aux exigences CSRD ?

En vertu de la CSRD, les entreprises sont tenues de divulguer un large éventail d’informations qui fournissent une vue claire et complète de leurs impacts et pratiques en matière de développement durable :

1. Informations générales sur l'entreprise : rapport sur des sujets tels que la stratégie (y compris le modèle commercial, la stratégie et les risques liés au développement durable), la mise en œuvre (procédures de diligence raisonnable de la chaîne d'approvisionnement, la politique de développement durable et les progrès) et les performances (KPI et objectifs stratégiques).
2. Questions environnementales : rapports détaillés sur l'impact de la chaîne de valeur, y compris les risques liés au climat (comme la consommation d'énergie et les émissions dans tous les domaines), la pollution (comme la gestion des déchets), l'eau et les ressources marines (comme l'utilisation de l'eau), la biodiversité et les écosystèmes (comme l'impact environnemental). et efforts de conservation), ainsi que la gestion des ressources et l’économie circulaire (comme le recyclage).
3. Questions sociales : informations sur la main-d'œuvre (comme les questions relatives aux droits de l'homme), les travailleurs de la chaîne de valeur (comme les droits des employés), l'impact sur la communauté (comme les pratiques commerciales éthiques) et les consommateurs et les utilisateurs (comme la sécurité des produits et les droits des consommateurs).
4. Questions de gouvernance : détails sur la conduite des affaires, tels que les structures de gouvernance, les responsabilités du conseil d'administration et l'engagement des parties prenantes.


La CSRD exige également un alignement sur d'autres cadres, tels que le Groupe de travail sur les informations financières liées au climat, le Global Reporting Index (GRI) et le règlement taxonomique de l'UE, qui oblige les entreprises à divulguer leurs performances en matière de développement durable, particulièrement pertinentes pour le volet environnemental.

Les auditeurs indépendants devront certifier ces rapports pour garantir leur conformité aux normes CSRD. En répondant à ces exigences, les entreprises se conforment à la CSRD et renforcent leur engagement en faveur du développement durable, renforçant ainsi leur crédibilité et leur viabilité à long terme sur un marché mondial concurrentiel.

Liste de contrôle de conformité détaillée pour les entreprises

Pour les entreprises qui naviguent dans la CSRD, le respect d’une liste de contrôle de conformité détaillée peut garantir que tous les aspects de la directive sont respectés :

  • Déterminez l’applicabilité : vérifiez si votre entreprise relève de la CSRD en fonction de sa taille, de son chiffre d’affaires ou de la cotation des titres.
  • Comprendre la portée du reporting : identifiez les parties de vos opérations commerciales, y compris les filiales et les entités contrôlées, qui relèvent des exigences de reporting.
  • Recueillez des données dans tous les domaines ESG : collectez des données complètes couvrant les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance. Cela devrait inclure des détails sur les émissions, la gestion des déchets, les impacts sociaux et les structures de gouvernance.
  • Mettre en œuvre des cadres de reporting : utilisez l'ESRS pour structurer vos rapports, en vous assurant que toutes les informations requises sont entièrement couvertes.
  • Préparer des informations spécifiques au secteur : le cas échéant, préparez-vous à rendre compte des questions de durabilité spécifiques au secteur, comme détaillé dans la prochain ESRS spécifique au secteur.
  • Documenter les processus de conformité : conserver des enregistrements sur la manière dont les données sont collectées, signalées et vérifiées.
  • Former le personnel : veiller à ce que le personnel responsable de la compilation et de la communication des données soit pleinement formé aux exigences et aux implications de la CSRD.
  • Planifiez des examens réguliers : intégrez des examens réguliers de vos processus de reporting développement durable pour garantir une conformité continue et capturer tout changement dans les réglementations CSRD ou les cadres juridiques associés.

Application

Mécanismes d’application et sanctions

L’application de la CSRD est essentielle pour garantir que les entreprises se conforment à ses exigences complètes en matière de reporting. Pour faire respecter ces normes, l’UE s’appuie sur un cadre qui comprend à la fois des sanctions en cas de non-respect et des mécanismes permettant de contrôler efficacement le respect.

Les sanctions peuvent varier considérablement selon les États membres de l'UE, reflétant les cadres juridiques nationaux et les politiques d'application, mais elles comprennent généralement des amendes substantielles et, dans certains cas, des mesures correctives obligatoires. Ces sanctions sont conçues non seulement comme un moyen de dissuasion, mais également pour souligner l'importance de rapports précis et transparents en matière de développement durable.

Pour les entreprises qui ne respectent pas les exigences CSRD, les autorités nationales peuvent imposer des sanctions qui pourraient également affecter l'image publique de l'entreprise et la confiance des investisseurs, entraînant potentiellement des pertes financières plus importantes que les sanctions elles-mêmes. De plus, une non-conformité répétée peut déclencher un examen plus rigoureux des pratiques d'une entreprise, conduisant à une surveillance réglementaire accrue.

Le rôle des autorités nationales

Les autorités nationales jouent un rôle central dans l’application de la CSRD. Chaque État membre est responsable de la transposition de la CSRD dans son droit national, ce qui implique de fixer les sanctions spécifiques en cas de non-respect et d'établir les mécanismes d'application. Ces autorités sont chargées de :

  • Surveillance de la conformité : les organismes de réglementation nationaux sont chargés de superviser la mise en œuvre de la CSRD au sein de leurs juridictions. Cela implique des audits et des examens réguliers des rapports de l'entreprise pour garantir qu'ils répondent aux normes établies.
  • Fournir des orientations : pour faciliter la conformité, les autorités nationales fournissent souvent des lignes directrices et des ressources pour aider les entreprises à comprendre et à respecter leurs obligations de déclaration. Ce soutien est crucial pour garantir que toutes les entreprises, en particulier les PME disposant de moins de ressources, puissent respecter les exigences.
  • Mise en œuvre de sanctions : lorsque des écarts ou des cas de non-conformité sont identifiés, ces autorités sont chargées d'appliquer les sanctions. Ce processus doit être transparent et cohérent pour maintenir la crédibilité et l’efficacité de la directive.
  • Faciliter la formation et l'éducation : pour promouvoir une meilleure conformité, les autorités nationales peuvent également organiser des programmes de formation et des ateliers pour les entreprises. Cela permet de garantir que les entreprises sont bien informées des exigences de la directive et des meilleures pratiques en matière de reporting développement durable.
  • S'adapter aux retours d'information et aux changements : étant donné que la CSRD est relativement nouveau et peut subir des ajustements et des améliorations au fil du temps, les autorités nationales doivent rester réactives aux retours des entreprises et des autres parties prenantes. Cette approche adaptative permet d’affiner les pratiques d’application pour les rendre plus efficaces et moins lourdes.

Développements et ajustements récents dans la mise en œuvre du CSRD

Récemment, le Conseil européen et le Parlement européen ont convenu d'un accord provisoire qui retarde de deux ans la mise en œuvre des normes de reporting développement durable pour certains secteurs et entreprises non européennes. Cette décision, modifiée en février 2024, repousse à juin 2026 l'adoption des ESRS et des normes sectorielles pour les entreprises significatives hors UE. Cet ajustement vise à donner plus de temps aux entreprises pour se préparer à ces nouvelles exigences de reporting et se concentre sur l'ensemble initial d'ESRS pour assurer une transition en douceur.

Vincent Van Peteghem, vice-Premier ministre belge et ministre des Finances, a souligné que cette mesure réduirait la charge administrative des entreprises, soutenant ainsi la compétitivité européenne en accordant plus de temps aux entreprises pour mettre en œuvre efficacement ces normes. Ce rapport reflète l'approche flexible mais ferme de l'UE visant à améliorer les pratiques des entreprises en matière de développement durable, en équilibrant le besoin de progrès avec les aspects pratiques de la mise en œuvre pour les entreprises de tous bords, y compris les PME.

Laissez-nous vous informer

Nous vous tiendrons au courant de toutes les dernières nouvelles.

Implications stratégiques

Quel sera l’impact des exigences CSRD sur votre stratégie de reporting

L’introduction de la CSRD oblige les entreprises à réévaluer et souvent à réorganiser leurs stratégies de reporting développement durable. Ce cadre réglementaire exige une approche plus approfondie et intégrée du reporting qui couvre non seulement des mesures de durabilité plus larges, mais relie également ces mesures directement à la performance financière. Pour les entreprises, en particulier les PME, cela signifie un changement stratégique vers plus de transparence et de responsabilité. Les entreprises devront investir dans des systèmes robustes de collecte et de gestion de données, améliorer la communication avec les parties prenantes et éventuellement ajuster leurs modèles commerciaux pour les aligner sur les objectifs de développement durable. L’impératif stratégique est clair : un engagement précoce et proactif envers les exigences CSRD garantit non seulement la conformité, mais positionne également les entreprises comme des leaders en matière de développement durable, améliorant ainsi leur réputation sur le marché et la confiance de leurs parties prenantes.

Aperçu de la déclaration des émissions de GES

Dans le cadre de la CSRD, les entreprises sont tenues de déclarer toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES), y compris le Scope 1 (émissions directes provenant de sources détenues ou contrôlées), le Scope 2 (émissions indirectes provenant de la production d'électricité achetée, de vapeur, de chauffage et de refroidissement consommés par le société déclarante) et Scope 3 (toutes les autres émissions indirectes). Cette approche globale garantit que les parties prenantes ont une image claire de l’impact environnemental global de l’entreprise, améliorant ainsi la crédibilité et la comparabilité des rapports de développement durable.

En savoir plus: How do carbon footprints work?

CSRD et la connexion Scope 3

L’accent mis par la CSRD sur la déclaration complète des émissions, y compris les émissions de portée 3, constitue un défi stratégique important pour de nombreuses entreprises. Les émissions de type 3, qui englobent les émissions indirectes provenant d'activités telles que l'achat de biens, de services et l'utilisation de produits en aval, constituent souvent la plus grande partie de l'empreinte carbone d'une entreprise. La déclaration de ces émissions nécessite une compréhension approfondie de l’ensemble de la chaîne de valeur et la coopération des fournisseurs et des partenaires pour obtenir les données nécessaires. Pour les entreprises, cela signifie un engagement plus profond de leur chaîne d’approvisionnement en faveur du développement durable, ce qui peut entraîner des améliorations de la performance environnementale à tous les niveaux et créer des opportunités d’innovation dans les produits et services.

En savoir plus: Uncovering the impact of Scope 3 emissions

Le dilemme du reporting Scope 3

La déclaration des émissions de type 3, qui implique le suivi et la vérification des émissions des fournisseurs en amont jusqu'aux utilisateurs en aval, est intrinsèquement complexe en raison de l'étendue et de l'ambiguïté des sources d'émissions indirectes. L’obtention de données précises et cohérentes nécessite des pratiques de reporting standardisées dans diverses entités et juridictions. Pour gérer efficacement ces complexités, les entreprises doivent développer des stratégies visant à promouvoir des pratiques similaires en matière de reporting et de développement durable auprès de leurs fournisseurs, ce qui est crucial pour un reporting complet des émissions.

Cette approche consiste à travailler en étroite collaboration avec les fournisseurs pour garantir qu'ils peuvent fournir des données précises, à investir dans des programmes de développement des fournisseurs, à intégrer la durabilité dans les achats et à concevoir des produits plus durables à utiliser et à recycler. Pour faire face à ces complexités, il est avantageux pour les entreprises de s'associer à des entreprises de confiance comme DGB Group, qui peuvent les aider à mesurer et à gérer les émissions de scope 3.

Évaluez vos émissions avec DGB

Secteurs à fortes émissions de Scope 3

Certains secteurs, tels que l’industrie manufacturière, la vente au détail et les biens de consommation, sont généralement confrontés à des émissions de type 3 plus élevées en raison de leur dépendance à l’égard de vastes chaînes d’approvisionnement mondiales et de la nature de l’utilisation finale de leurs produits. Pour ces secteurs, les implications stratégiques de la CSRD sont particulièrement importantes. Ils doivent non seulement se concentrer sur les pratiques internes de développement durable, mais également améliorer leurs performances environnementales tout au long de leur chaîne de valeur. Cela peut offrir un avantage concurrentiel en permettant aux entreprises de ces secteurs de répondre à la demande croissante des consommateurs et des investisseurs pour des produits et des pratiques respectueux de l'environnement.

En savoir plus: How to reduce your business’ travel emissions through nature

Dans l’ensemble, les implications stratégiques de la CSRD sont profondes, obligeant les entreprises à intégrer la durabilité au cœur de leurs opérations et stratégies commerciales. Cette intégration garantit non seulement le respect des réglementations en vigueur, mais prépare également les entreprises aux défis et opportunités futurs dans un paysage mondial de la durabilité en évolution rapide.

Nos projets

Nous développons des projets à grande échelle et impactants.

L’avenir de la durabilité des entreprises dans l’UE

Prédictions et tendances à venir

La trajectoire de la durabilité des entreprises dans l’Union européenne est appelée à s’accentuer, avec des réglementations telles que la CSRD jouant un rôle central. À mesure que nous progressons, nous espérons que la durabilité sera davantage intégrée dans le tissu des opérations commerciales, non seulement pour la conformité, mais aussi en tant que pilier stratégique essentiel. De plus, à mesure que la sensibilisation des consommateurs et la demande croissante de produits durables augmentent, les entreprises seront contraintes non seulement d’améliorer leurs pratiques internes, mais également de garantir que l’ensemble de leur chaîne de valeur adhère aux normes de durabilité.

Pour les PME, la tendance impliquera probablement des attentes plus grandes, dans lesquelles elles devront adopter des pratiques de reporting et de développement durable similaires à celles des grandes entreprises, mais adaptées à leur échelle et à leurs capacités opérationnelles. Nous pouvons également nous attendre à une augmentation des outils numériques conçus pour aider les PME à répondre plus efficacement à ces exigences, rendant ainsi la durabilité plus accessible à tous les niveaux.

En savoir plus: How to use DGB Group's carbon footprint calculator on your journey to net zero

Les considérations liées à la chaîne de valeur deviennent la norme

L’un des changements les plus importants en matière de durabilité des entreprises est l’évolution vers des considérations globales de la chaîne de valeur. Cette tendance devient de plus en plus la norme, comme le montre l’accent mis par la CSRD sur les émissions de Scope 3, qui obligent les entreprises à déclarer les émissions indirectes qui se produisent dans leur chaîne de valeur. Ce changement nécessite une collaboration plus approfondie entre les secteurs et les industries, encourageant les entreprises à s'engager non seulement avec leurs fournisseurs directs, mais également à travers leurs réseaux d'approvisionnement étendus pour garantir la conformité et favoriser les initiatives de développement durable.

Pour les entreprises, cela signifie développer des relations à long terme avec les fournisseurs sur la base d’objectifs communs de développement durable, investir dans le développement des fournisseurs et utiliser leur pouvoir d’achat pour influencer les pratiques industrielles plus larges. Ces considérations ne concernent pas seulement l’atténuation des risques, mais également l’exploitation des opportunités d’innovation en matière de développement de produits, d’efficacité des ressources et de réduction des déchets.

L’importance croissante de la durabilité sur les marchés mondiaux

La durabilité devient un facteur décisif dans la dynamique du marché mondial. Les consommateurs, les investisseurs et les gouvernements accordent de plus en plus la priorité aux facteurs ESG dans leurs processus décisionnels. Ce changement est attesté par la tendance croissante à la finance verte, dans laquelle les services financiers, notamment les investissements, les prêts et les produits d’assurance, sont liés à des résultats durables. Les entreprises leaders en matière de développement durable sont susceptibles d’attirer des investissements et des partenariats de premier ordre et de s’assurer un avantage concurrentiel sur le marché mondial.

De plus, à mesure que les normes et attentes internationales s’alignent de plus en plus sur les réglementations strictes de l’UE, les entreprises opérant à l’échelle mondiale devront adopter ces pratiques pour conserver leur accès à ces marchés. Cette harmonisation mondiale des normes de durabilité stimulera probablement davantage l'innovation dans les solutions et stratégies durables, alors que les entreprises s'efforcent de relever ces défis tout en saisissant les opportunités présentées par une économie plus verte.

Téléchargez notre brochure sur la CSRD

En conclusion, l’avenir de la durabilité des entreprises dans l’UE s’oriente vers une approche stratégique plus intégrée dans laquelle la durabilité n’est pas seulement une exigence réglementaire mais un élément fondamental de l’identité et de la stratégie de l’entreprise. À mesure que ces tendances continuent d’évoluer, les entreprises qui anticipent et s’adaptent à ces changements peuvent non seulement s’attendre à rester conformes, mais également à prospérer dans un paysage mondial de plus en plus durable et compétitif.

Devenir durable avec DGB Group

La CSRD marque une évolution significative dans l'approche de l'UE visant à renforcer la transparence et la responsabilité dans les pratiques des entreprises en matière de développement durable. Il étend le champ d’application du reporting au-delà du précédent NFRD, en intégrant des normes plus détaillées et plus rigoureuses, notamment dans le domaine des émissions de GES dans les trois périmètres. La CSRD ne concerne pas seulement les grandes entreprises, mais a également des implications pour les PME et les entités non européennes exerçant d’importantes activités au sein de l’UE. Ses exigences complètes visent à remodeler la manière dont les entreprises sont ESG, en les intégrant au cœur des opérations commerciales stratégiques et du reporting.

En savoir plus: Sustainability simplified: Carbon footprinting for beginners

L’importance d’une conformité proactive

Le respect proactif du CSRD est essentiel. En intégrant dès maintenant le développement durable dans leurs opérations, les entreprises peuvent s'assurer qu'elles sont bien préparées pour répondre non seulement aux exigences actuelles, mais également aux réglementations futures. Commencer modestement avec des étapes réalisables en matière de pratiques durables peut rendre la transition plus gérable et plus rentable.

Pour les PME, s’engager dès le début dans les exigences du CSRD signifie qu’elles peuvent progressivement renforcer leur capacité à gérer des rapports et des pratiques de développement durable plus complexes à l’avenir. De plus, agir maintenant peut empêcher la ruée et les hausses potentielles de coûts alors que la demande de solutions carbone comme les crédits carbone (également appelées unités carbone) augmente en raison du renforcement des réglementations et de la prise de conscience mondiale croissante.

À l’avenir, la durabilité des entreprises continuera d’évoluer rapidement, sous l’effet à la fois des changements réglementaires et d’un paysage de marché changeant où la durabilité devient une considération centrale pour les investisseurs, les consommateurs et les partenaires commerciaux. Les entreprises devront adopter un état d’esprit d’adaptation continue pour garder une longueur d’avance. Cela implique de mettre régulièrement à jour leurs stratégies de développement durable, de rester informé des tendances mondiales en matière de développement durable et d'être suffisamment flexible pour s'adapter aux nouvelles exigences et attentes.

En savoir plus: How to stay ahead of the curve on sustainability

De plus, alors que les grandes entreprises sont de plus en plus tenues responsables non seulement de leurs opérations directes mais également de leurs chaînes d'approvisionnement, les PME qui s'alignent de manière proactive sur ces pratiques de développement durable peuvent obtenir un avantage concurrentiel. Ils deviennent plus attrayants en tant que partenaires des grandes entreprises, qui sont tenues de garantir que leurs fournisseurs adhèrent à des normes aussi strictes.

Dans le cadre de la CSRD, l’obligation pour les entreprises de déclarer les trois niveaux d’émissions – émissions directes (Scope 1), émissions indirectes provenant de l’énergie achetée (Scope 2) et toutes les autres émissions indirectes (Scope 3) – souligne la nécessité d’une analyse globale l'empreinte carbone.

DGB est spécialisé dans la fourniture de telles analyses, fournissant aux entreprises les données essentielles pour comprendre leur impact environnemental complet. Notre expertise nous permet de proposer des évaluations précises de l'empreinte carbone conformément au GHG Protocol qui aide les entreprises non seulement à répondre aux exigences de reporting CSRD, mais également à s'engager dans des améliorations environnementales significatives.

Évaluez votre empreinte carbone

De plus, grâce aux crédits carbone vérifiés de la DGB, nous pouvons aider les entreprises à réduire leur empreinte carbone et à compenser leurs émissions difficiles à réduire dans les trois domaines. Nous sommes un développeur de projets carbone de premier plan, spécialisé dans la gestion de SFN de haute qualité qui fournissent des crédits carbone de haute intégrité. Ces unités carbone, représentant chacune 1 tonne d'émissions carbone supprimées ou évitées, sont utilisées par les entreprises pour compenser leurs émissions afin d'atteindre les objectifs climatiques. Comme avantage supplémentaire, nos unités carbone offrent de nombreux avantages supplémentaires pour l'environnement et les communautés locales, ce qui les rend particulièrement attrayantes pour les entreprises qui souhaitent avoir un impact positif plus important. Nos projets se concentrent sur la restauration, la conservation et l’enrichissement de la biodiversité des écosystèmes, garantissant que nos unités de carbone contribuent à des impacts environnementaux tangibles et positifs.

En savoir plus sur les avantages des crédits carbone de DGB

Alors que les entreprises sont obligées non seulement de réduire mais également de compenser leur empreinte carbone dans le cadre du CSRD, la demande de crédits carbone, notamment pour compenser les émissions de Scope 3, est appelée à augmenter. DGB est parfaitement positionné pour répondre à ce besoin croissant. Avec l'initiative Science Based Targets (SBTi) incluant désormais le Scope 3 dans les certificats d'attributs environnementaux, nos solutions de compensation carbone offrent aux entreprises une méthode fiable pour compenser leurs émissions. Compenser vos émissions avec DGB contribue non seulement à vous conformer aux normes mondiales émergentes, mais améliore également le profil de durabilité de votre entreprise aux yeux des investisseurs, des partenaires et des consommateurs.

En savoir plus: The importance of carbon offsetting in achieving net zero

Notre équipe mondiale veille à ce que les entreprises bénéficient de notre compréhension approfondie des divers contextes écologiques et environnements réglementaires, faisant de DGB votre partenaire idéal en matière de développement durable.

What is CSRD_Close-up of a variety of tree seedlings_visual 4
Gros plan d'une variété de plants d'arbres. Hongera Reforestation Project, DGB.

En conclusion, adopter la CSRD n’est pas seulement une question de conformité : il s’agit également de positionner votre entreprise pour un succès futur dans un monde de plus en plus soucieux de l’environnement. Il offre l’opportunité de devenir leader en matière de développement durable, d’améliorer la réputation de votre marque et de s’engager plus profondément dans la transition mondiale vers le développement durable. Les avantages stratégiques vont au-delà de la conformité, offrant aux entreprises des opportunités d'innovation, de meilleures relations avec les parties prenantes et une position plus forte sur le marché dans une économie verte. Cette approche proactive répond non seulement aux attentes réglementaires, mais s’aligne également sur l’évolution sociétale plus large vers la durabilité qui profite à tous, aujourd’hui et à l’avenir.

En s'associant à DGB, les entreprises peuvent naviguer en toute confiance dans les complexités de la mesure et de la compensation de l'empreinte carbone dans le paysage CSRD, en tirant parti de notre expertise pour prendre des décisions éclairées qui profitent à la fois à leur entreprise et à la planète. Rejoignez-nous dans notre mission visant à provoquer des changements environnementaux substantiels et à améliorer la durabilité à travers le monde.

Contactez nos experts pour commencer votre parcours de développement durable sur la bonne voie

Lisez nos derniers articles

Découvrez les dernières tendances et conseils du monde des écosystèmes et de la neutralité carbone.

In a world where environmental responsibility is more talked about than ever, nature-based solutions..

Forests are among the most vital resources on our planet, providing essential benefits that support ..

World Environment Day, celebrated annually on 5 June, was established by the United Nations General ..

Contactez-nous

En tant que première société cotée en bourse au monde axée sur la restauration des écosystèmes, DGB exploite les forces du marché et l'accès au capital nécessaire pour accélérer rapidement le reboisement de la Terre. Contactez-nous pour en savoir plus sur notre travail.

Faisons connaissance avec vous